Tout ce qui ne tue pas rend plus fort - Extrait - © 2010 - Les Productions de l'Ange

T O U T C E Q U I N E T U E P A S R E N D P L U S F O R T ...

Un film documentaire de 52' de M i c h e l A K R I C H - France - VOSTF

Les gestes du quotidien n'ont rien d'exceptionnel. Sauf si nous en sommes un jour privé. Ce fut le cas de Benoît qui dès l'age de 6 ans a dû réapprendre à vivre, suite à un accident de la circulation. Quelques mois de coma, hémiplégique à son réveil. Coup d'arrêt radical pour un petit être de 6 ans qui commençait à peine sa vie.
Aujourd'hui, à 32 ans, hyper actif, hyper sportif, Benoît semble être possédé par une volonté sans pareil de réussir tous les projets qu'il entreprend,. Comme investi par une nécessité impérieuse. Son histoire a-t-elle joué sur son engagement sportif ? Le sport chez Benoît semble avoir pris une cohérence en lien direct avec son expérience. Comme un lien fondateur entre sa sensibilité et son engagement sportif.
Le résultat est étonnant. En 25 ans de persévérance, de volonté et de pratique sportive, le corps de Benoît à, petit à petit, récupéré énergie, force et autonomie. Jusqu'à se préparer pour se présenter au départ de l'épreuve de triathlon la plus redoutée au monde L'IRON MAN de BARCELONE. (3,8 Kms de natation, 180 Kms de vélo et 42,2 Kms de course à pieds)
Et pourtant, nulle arrogance chez cet homme. Bien au contraire. Une pression forte semble lui interdire d'avoir un temps pour rien faire, un temps pour soi, un temps pour contempler. Pas de temps pour profiter, en un mot pour vivre. De peur d'être rattrapé par la mort ? Lui qui l'a approché de si près. Une fébrilité émane donc de son hyperactivité : à l'évidence il s'impose son rythme propre sans alternative aucune. Une pression agit sur Benoît. Une angoisse sous-jacente provoquant chez lui le besoin de tout maîtriser et d'éviter par la même l'imprévue.
Peu de mots traduisent mon émotion face à cet homme blessé s'entraînant pour l'IRON MAN de Barcelone. Mais que sait-on vraiment de ceux que l'on aime, de leurs failles, de leurs interrogations profondes, de leurs angoisses. ? Comment fait-on après un accident, pour vivre ou plutôt re-vivre, pour retrouver le goût des choses de la vie ?
J'ai la volonté de faire un film, de cette histoire sensible et lumineuse, qui sans trahir Benoît, le rendrait terriblement universel. L'histoire d'un être à la conquête de son autonomie. L'histoire d'un élan d'optimisme pour des personnes handicapées dont les envies de résistances à ce qui les accable ne demande qu'à êtres réveillés. Le projet de ce documentaire a pour but d'aborder dans toutes ses nuances et sa complexité, la nécessité de faire entrer les handicapés « dans la vraie vie », d'aider à ce que ces deux mondes, celui des valides et celui des handicapés, se rencontrent et se comprennent. Faire en sorte d'éviter le repli. .
En cela, l'exemple de Benoît donne une bouffée d'optimisme à chacun d'entre nous, car il est universel. J'ai juste une envie simple, faire le film d'une histoire, l'histoire d'un humain, le film d'une histoire terriblement humaine. !

MICHEL AKRICH

Retour Vidéo suivante

Iron Man triathlon sport handicape handi-triathlon motivation exceptionnelle persévérence un exemple

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site